Pascale Le Thorel, Catalogue Propos d'Europe I

Recueil de reliques Oeuvre
Anthony Freestone dit que « les tableaux s'apparentent en quelque sorte au jeu de dominos, quand des pions, dispersés en début de partie, se retrouvent petit à petit liés les uns aux autres au fil de combinaisons ».
Il travaille en parallèle à deux séries. Celle des Tartans, tableaux carrés au format identique, reprend les motifs des étoffes des clans écossais, mais peut aussi être regardée en référence à l'histoire de la peinture abstraite et de son rapport supposé ou non au réel.
Celle des Polyptyques narratifs, comme The Rain in Spain (1998/2002), qui en appelle à des éléments autobiographiques (« recueil de reliques », terme qu'il emprunte au journal de Michel Leiris et tentative d'établir des correspondances entre les différents éléments de ce recueil), mais aussi à l'histoire, au cinéma, aux séries TV, à la littérature, à la psychanalyse...
Ses tableaux sont copiés, peints, comme enluminés, à partir de documents préexistants (modèles de tissus, cartes géographiques, images et textes, etc.) car Freestone défend une idée de combinaison, d'appropriation, qui le mène à la création de parcours qui sont ceux de la pensée.


Propos
« J'aime bien le travail besogneux qui prouve le côté presque sentimental par rapport à l'objet copié. C'est tout le contraire d'une froideur photographique. S'appliquer pendant des heures entières, c'est un mélange de concentration et de détachement qui succède au travail de conception des polyptiques. Après avoir travaillé sur les rapports entre les choses je travaille sur les choses elles-mêmes. »


Pascale Le Thorel, Cat. Propos d'Europe, Fondation Hippocrène 2002