Blog Lunettes rouges : Du lien


Blog Lunettes rouges, 11 février 2012
Du lien
Exposition Salle Obscure,
Galerie Nicolas Silin,
7 janvier - 18 février 2012

Toute l’exposition du franco-britannique Anthony Freestone à la galerie Nicolas Silin (jusqu’au 18 février) vise à cela, créer du lien, établir des correspondances incertaines, incongrues, cachées qu’il vous faudra deviner, imaginer, élucubrer. Il s’agit d’ordonner le monde selon des règles baroquement logiques, des topographies imaginaires. « Mes tableaux s’apparentent en quelque sorte au jeu de dominos, quand des pions, dispersés en début de partie, se retrouvent petit à petit liés les uns aux autres au fil de combinaisons », dit Freestone.

Il n’y a ici que quelques tartans, une obsession favorite de l’artiste copiste qui cartographie la terre et la généalogie écossaises en reproduisant fidèlement les dessins abstraits géométriques colorés de ces tissus identitaires. Il y a principalement des motifs cinématographiques (le titre de l’exposition étant ‘Salle obscure’), reprise de captures d’écran soigneusement pixellisées pour imposer bonne distance de vision et froncement des sourcils d’accommodation. Il faut déjà être un cinéphile émérite pour reconnaître sans aide la nymphomane de La Notte,la bataille de Culloden ou le rendez-vous manqué de La peau douce et de Brief Encounter. Il faut être expert pour retrouver les similitudes entre Our Daily Bread de King Vidor et Zuiderzee de Joris Ivens, luttes entre eau et terre, utopies créatrices, qu’accompagnent des textes colorés. Il faut avoir lu cent fois Modiano (et reconnaître l’image de sa mère actrice) pour identifier ce film de combats entre des Indiens et des Basques, Caravane vers le soleil.

Face à ces polyptyques d’images grises et de textes colorés, il faut surtout se prêter à ces jeux de langage, de logique, d’échos, de clins d’oeil oulipiens, conceptuels, surréalistes, à ces rencontres inattendues entre image et texte, à ces rebondissements improbables. L’ensemble déroute, trop séduisant visuellement, trop hermétique intellectuellement. Freud, cité ici à propos du Zuiderzee, nous incite à fouiller plus profond.

(la suite de l’article est consacré au travail de l’artiste Anne Deguelle)

http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2012/02/11/du-lien/