Texte catalogue Castel Coucou, 2005


Le polyptyque Anthony Blunt s’inscrit dans la série Espions à laquelle je travaille depuis 1996. J’habitais alors Londres, et je commençais à m'intéresser à la figure de l'espion, personne entre deux mondes. Personne, de l’étrusque phersu qui désigne le masque bien plus qu’individu, être que l’on ne pourrait diviser. Peut-être cet intérêt venait-il de ma propre position : n'avais-je pas alors pour mission de m'infiltrer dans le monde de l'art londonien en profitant de ma double nationalité ? Etait-ce plutôt la beauté de Christine Keeler, héroïne de "l'affaire Profumo" qui me fascinait ou encore une visite au département espionnage de l'Imperial War Museum ?
Après avoir travaillé sur Donald MacLean, Kim Philby et Patrick MacGoohan, acteur de la série TV Le Prisonnier, je décidai de travailler sur Anthony Blunt, espion et historien de l’art, spécialiste du  XVIIème Siècle français.
Le polyptyque présente, comme toujours dans mon travail, des copies peintes de documents : le prénom Anthony, quatre portraits de Blunt à différentes époques de sa vie, et enfin le patronyme Blunt.

Anthony Freestone, Catalogue Exposition Ici l'ombre du Castel coucou, 2005